Art populaire
    au Québec

JONCAS, Maurice

JONCAS Maurice

1936
Gaspé
Gaspésie Îles-de-la-Madeleine


M.  Maurice Joncas est né en 1936, au bord de la mer, dans le petit village nord-côtier de Pointe-Jaune en Gaspésie.

Il se retrouve dans ma collection, de façon un peu particulière, parce qu’elle est composée majoritairement de patenteux, de gosseux, de chef-d'oeuvreux, d’artisans  et d sculpteurs. Maurice Joncas à un cheminement très diversifié : il  a œuvré durant trente-cinq ans  dans le monde de l’éducation. Maintenant retraité, il partage son temps  entre l’écriture – il a déjà publié dix-sept volumes,- la peinture où il a participé à de nombreuses expositions au Canada. Il a été l’un des trois fondateurs de la Chorale Les Voix du Large de Gaspé, de même que pour la Compagnie de théâtre l’Astran. Il a été membre de ces deux mouvements durant trente-cinq ans.

Il ne manquait que la sculpture  pour faire de lui un artiste accompli. Sans formation dans ce domaine, c’est en se promenant sur les grèves du Saint-Laurent, dans ses moments libres, que notre artiste autodidacte puise son inspiration. Il y recueille des bois d’épaves, lavés par la mer et le sel. Puis, en puisant dans ses ressources de créativité, il les sculpte pour les transformer en oiseaux de rivage.

Même si je connais Maurice Joncas depuis plus de 25 ans, j’ignorais son talent pour la sculpture. J’ai donc été agréablement surpris de faire cette belle découverte.  Avec des outils très rudimentaires il sait donner une seconde vie à ses bois, que la mer abandonne, après les avoir usés dans le remous de ses vagues. Sans prétention,  il agit comme une grande majorité de ceux et celles qui s’adonnent à l’art de la sculpture : pour passer le temps et mettre de la beauté dans sa vie.

Son engagement social légendaire ne l’a pas quitté, même à la retraite. Il n'hésite pas à prodiguer ses conseils et à donner un coup de main et de cœur, quand on le lui demande. Reconnu par ses pairs, il a reçu diverses reconnaissances officielles pour sa contribution au développement culturel et éducationnel de la Gaspésie.

Maurice Joncas n’utilise que du bois d’épave pour donner vie à ses œuvres. Ses pièces ne sont jamais peintes ou signées, preuve tangible que l’art est avant tout, un hymne à la beauté naturelle du monde.

"C’est la mer qui m’a confié cela, un jour de grand vent", m’a-t-il confié un jour.

 


  
 
Retour à la page précédente

© Copyright ArtPopulaire.com - Tous droits réservés. | Hébergement web par Axanti.com | Design et programmation web par 11emeAvenue.com